RECHERCHE
                               
       
    Mon panier Panier vide
    Langue Français
     
     

    Puy-de-Dôme

    Le Puy-de-Dôme est un département français, dans la région d'Auvergne. Son nom lui vient d'un sommet volcanique remarquable : le Puy-de-Dôme (lo Puèi de Doma ou lo Puèi Domat en occitan auvergnat).

    Ses habitants s'appelaient les Puydomois, appellation entérinée par le Conseil général en décembre 2005, puis modifiée, au printemps 2006, à la suite de nombreux courriers reçus au siège du conseil général. L'appellation officielle aujourd'hui, reproduite sur tous les documents, est :Puydômois.Son numéro est le 63.

    1°-Histoire

    Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du  22 décembre 1789, à partir d'une partie de la province d'Auvergne.

    À sa création en 1790, le département devait s'appeler Mont-Dore, mais le député de Clermont-Ferrand, Gaultier de Blauzar intervint car il pensait que ce nom attirerait l'attention de l'administration fiscale sur ses concitoyens, il fut écouté et le département s'appela finalement Puy-de-Dôme.

    Le département actuel correspond à une partie seulement de l'ancienne région historique appelée la Basse-Auvergne, dont ressortissaient aussi une partie de l'actuel département de l'Allier (Combrailles, Nord de la Limagne entre Aigueperse et Saint-Pourçain, la ville de Cusset et la montagne bourbonnaise) et le Brivadois (région de Brioude) actuellement enHaute-Loire, sans oublier la frange nord-est du Cantal (jusqu'à la Rhue), comprenant le Cézallier.


    Puy-de-Dôme

    d’or au gonfanon de gueules frangé de sinople, sur le tout aussi d’or au griffon coupé de gueules et de sinople.

    Ce blason n'est toutefois qu'une proposition de Robert Louis et n'a rien d'officiel, le département n'ayant pas officiellement adopté de blason.

    2°-Géographie

    Le Puy-de-Dôme fait partie de la région d'Auvergne. Il est limitrophe des départements de l'Allier, de la Loire, de la Haute-Loire, du Cantal, de la Corrèze et de la Creuse.

     

    3°- Climat

    Par sa position sur le continent et sa topographie accidentée, transversale au flux humide dominant d'ouest, c'est un territoire de vives transitions climatiques, de la montagne à la plaine et de l'océanique au continental, générant diversité et paradoxes.

    Ainsi la pluviométrie varie de un à quatre des lieux les plus secs aux plus humides. Les montagnes du sud-ouest (Sancy, Cézallier) sont abondamment arrosées et enneigées, tandis que les Limagnes au centre sont protégées par un puissant effet de foehn et voient augmenter la part des orages dans le total des précipitations. A l'est le foehn s'estompe à l'approche d'autres montagnes (Livradois, Forez). L'écart thermique moyen entre les lieux les plus chauds et les plus froids est de 8°, mais en hiver les plaines sont parfois plus froides que les montagnes (phénomène d'inversion).

    4°- Economie

    Agriculture

    À Chappes :

    • Le semencier Limagrain

    Industrie

    Aux Ancizes : Aubert et Duval, élaboration et transformation des aciers et alliages principalement pour l'aéronautique et l'énergie.

    À Ambert :

    • la fabrication du papier fabriqué chez Richard-de-Bas, à la fois rêche et velouté, idéal pour la gravure grâce à la qualité de l'eau (coulant sur un sol granitique) ;
    • le fromage de la Fourme d'Ambert.

    À Clermont-Ferrand le fabricant de pneus Michelin.

    À Issoire, transformation des métaux principalement pour des applications aéronautiques :

    • Péchiney Rhénalu (groupe Alcan) : laminage d'alliage d'aluminium pour des applications aéronautique
    • Aubert et Duval : forgeage et matriçage de pièce en alliage d'aluminium pour l'aéronautique,
    • Interforge (Aubert et Duval/Snecma): forgeage et matriçage de pièces pour l'aéronautique en divers alliages (presse hydraulique de 65 000 tonnes).

    À Riom :

    • la manufacture des tabacs (Altadis).
    • Laboratoires pharmaceutiques (Merck).

    À Thiers : Capitale de la coutellerie française.

     

    5°- THIERS - CAPITALE DE LA COUTELLERIE

    Elle est l'une des quatre sous-préfectures du département avec Ambert, Issoire et Riom.

    Les habitants sont appelés les Thiernois.

    Thiers est la capitale française de la fabrication du couteau, avec près de cent entreprises dans ce domaine et un musée de la coutellerie qui lui est dédié. Plus des deux tiers des couteaux utilisés en France pour la poche, la cuisine ou la table sont fabriqués par des entreprises thiernoises. C'est un savoir-faire jalousement gardé depuis cinq siècles.

    L'histoire de la Vallée des usines, lieu de production de la coutellerie Thiernoise, est présentée dans l'Usine du May, véritable vitrine de l'activité industrielle et ouverte en mai 2009.


    Thiers à la fin du XIXe siècle

    La géographie de Thiers est marquée par son étagement le long des collines escarpées surplombant la vallée de la Durolle. Le dénivelé important fournissait la force hydromotrice nécessaire à l'émouture des couteaux.

    La commune de Thiers est adhérente du Parc Naturel Régional Livradois-Forez.

    Lieux-dits et écarts

    les Allumettes, Baruptel, Bellevue, les Belins, le Breuil, le Bout du Monde, Chassignol, Château-Gaillard, Chez Thermes, Cizolles, Chochat, Courty, le Fau, Felet, Gardelle, les Garniers le Grand Tournant, la Goutte, Granetias, les Horts, Jambost, Lamirand, Lombard, Matussière, Membrun, les Molles, Nadal, le Nohat, Panthèze, Pigerolles, Pinon, Pisseboeuf, Ravailloux, les Ribbes, la Rigaudie, les Salomons, Sauvage-Billetoux, Soulon, les Tavards, Trois Villes, la Varenne, la Vidalie,


    Patrimoine religieux

    Église Saint-Genès

    Le plus important édifice religieux est l'église romane Saint-Genès, datant du XIIe siècle et dédiée à un martyr local, décapité dans le lieu-dit du Creux de l'Enfer. Remaniée aux XIIIe siècle et XIXe siècle, elle se distingue par sa coupole qui est la plus grande d'Auvergne et ses voûtes d'ogives d'une très grande portée. Thiers compte également l'église romane de Saint-Symphorien, dans le quartier du Moutier (XIIe siècle), l'église romane de Saint-Jean, dans le quartier du même nom.

    Au pied de la ville, se trouve le site originel avec l'abbaye du Moûtier, rattachée à l'ordre de Cluny depuis le XIème siècle. La ville de Thiers, les associations "Office de tourisme", "La Pomme d'Or" , le Château de la Chassaigne et le Logis Abbatial sont membres de la fédération des sites clunistes .

    Patrimoine civil

    Un émouleur du musée de la coutellerie.

    La vieille ville de Thiers est peu étendue. Elle recèle de nombreuses vieilles maisons datant du XVe au XVIIe siècle. Celles-ci s'étagent le long de la colline : en bas, les usines et les demeures des ouvriers-couteliers et émouleurs ; à flanc de coteau, les maisons des artisans ; en haut, celles des nobles et des bourgeois. Parmi celles-ci, le château du Pirou, en fait une demeure bourgeoise à colombages, demeure des ducs de bourbon. Une ville qui a vu l’arrivée de migrants algériens dès les années 1920. Le plus connu d’entre eux s’occupait des éclairages publics qui fonctionnaient au gaz.

    Château du Pirou

    Thiers possède également un important patrimoine industriel, en particulier au lieu-dit du Creux de l'Enfer, où se trouvent certaines des usines de coutellerie, et là où s'est installé le Centre d'art contemporain de Thiers. La majorité de ces usines se trouvent le long de la Durolle, jusqu'à la ville de Noiretable. Nombre de ces usines sont désaffectées.

    Nichée au creux du pont de Saint-Roch, se trouve la plus vieille usine de Thiers encore en activité : la manufacture de coutellerie Lacroix. Ne produisant plus de couteaux en son nom propre, elle abrite cependant un atelier qui perpétue la tradition coutelière.

    À 3 km, à Château-Gaillard, dans la profonde vallée de la Durolle, on peut encore visiter la vallée des Rouets où étaient situés les ateliers des émouleurs mus par la force hydraulique. Un seul est encore en l'état, utilisé jusqu'en 1976 par son dernier propriétaire, Georges Lyonnet. Aujourd'hui, un parcours permet de se rendre compte des vestiges des autres rouets disséminés dans la vallée.

    Les Jaiffours est un bâtiment au long cours qui domine la ville et a une histoire riche de plus de 40 années. L'association « Béton Armé » retrace l'histoire de ce quartier. Sa destruction a débuté en 2007 et s'est terminée en 2008.

    Sur la route de Vichy, se trouve le Château de la Chassaigne et ses jardins, qui propose chaque année une exposition thématique. Manoir gothique, chapelle et galerie sont entourés de jardins à l'anglaise, unique en Auvergne.

     

    Monuments

    • Monument au comédien Montdory réalisé par le sculpteur Vaury, inauguré le 11 juillet 1937.

    Culture

    • Chaque printemps, depuis une vingtaine d'années, se déroule le Coutellia : Festival du couteau d'art. Plus de 100 exposants y participent.
    • Chaque année depuis 1997, le premier week-end de juillet, a lieu la Pamparina, un festival de musiques de rue dont le thème change chaque année (cordes, voix, percussions, etc.).
    • Dans l'Hôtel du pirou, au premier étage du batiment qui accueille l'Office de tourisme, la Donation Calamy abrite une collection privée de céramiques, tapisseries et meubles anciens notamment.
    • Depuis plus de mille ans, tous les 2ème week-ends de Septembre, a lieu une grande foire commerciale dans le bas de la ville. On l'appelle la foire au pré et c'est l'une des plus vastes de la région. On y trouve tous genres de stands, des souvenirs aux vêtements, des manèges aux chevaux de trait ; la coutume est d'y manger de la tripe dès l'aurore.
    • Musée de la Coutellerie
    • Salles de spectacle.


    6°-LA COUTELLERIE




    TThiers est la capitale de la coutellerie française.


    De nombreuses entreprises produisent des couteaux dans la tradition léguée par nos anciens :

    - Couteaux de cuisine
    - Couteaux de poche
    - Couteaux de chasse
    - Couteaux de ménage


    Notre société, ainsi que certaines entreprises thiernoises, emploient de nombreux ouvriers couteliers qualifiés afin de sauvegarder nos emplois et notre savoir-faire ancestral.

    Toutefois nous déplorons une importation massive de couteaux produits dans les pays à bas coûts de la part d'entreprises qui profitent ainsi de la notoriété thiernoise.

    Aidez nous en exigeant la garantie "Made in France" sur les couteaux.


    Une sélection de quelques couteaux fabriqués à THIERS :


    K SABATIER



    Deux grandes familles ont forgé la réputation des couteaux Sabatier au milieu du XIXe siècle : Les Sabatier du Moutier (ville basse de Thiers) et les Sabatier de Bellevue (ville haute de Thiers).

    De nos jours, seule subsiste la famille Sabatier de Bellevue, toujours à la même adresse. Elle fabrique depuis 8 générations des couteaux de cuisine haut-de-gamme sous la raison sociale : Ets Sabatier Aîné et Perrier.

    Les débuts de la marque Sabatier-K

    Le couteau Sabatier est né dans le bassin de Thiers au début du XIXe siècle. En 1810 déjà, il existait plusieurs marques avec le nom Sabatier.

    En 1834, les Sabatier de Bellevue ont adjoint à leur nom le sigle « K » pour se différencier des Sabatier du Moutier. Ce « K » est une très vieille marque thiernoise, que l’on retrouve dans les archives de la ville, gravée sur la Table d’Argent des couteliers, à la date du 7 juin 1813, au numéro 231.

    Les Sabatier de Bellevue représentent 8 générations en ligne directe :

    • 1re : Philippe Sabatier fabrique des couteaux à Thiers (lieu dit de Bellevue)
    • 2e : Son fils, Bonnet Sabatier, prend sa suite et vendra dans le monde entier sa production.
    • 3e : Gabriel Sabatier, fils de Bonnet, fonde les Établissements Sabatier Frères.
    • 4e : Antoinette Sabatier, fille de Gabriel, gère l'entreprise avec son mari, Annet Perrier.
    • 5e : Adrien Perrier, fils aîné des époux Perrier, reprend l'entreprise à son compte.
    • 6e : Marie-Antoinette Perrier, fille d'Adrien, reprend avec son mari Roger Bourgade.
    • 7e : Agnès Bourgade, fille des époux Bourgade, gère actuellement l'entreprise. Son mari, Alain Bournilhas, s'occupe de la production.
    • 8e : Philippe Bournilhas, fils d'Agnès, est responsable de l'administratif et du commercial (France - Europe - Grand Export).

    L'entreprise est toujours située à Bellevue - Thiers, et fabrique toujours des couteaux 100% Forgés.


    Les produits K Sabatier - 100% Forgés - fabriqués à THIERS de la forge à l'emballage

    Coutellerie ancienne : Les couteaux fermants portant la marque K Sabatier sont très recherchés par les collectionneurs.

    Couteaux de Cuisine (entièrement forgés dans une seule pièce de métal) :

    • Couteau d'office (office droit - office Bec d'Oiseau) : sa lame courte permet de travailler au plus près des aliments pour les découper, les éplucher.
    • Couteaux de cuisine : lame pointue, large et rigide (de 13 cm à 35 cm) : pour émincer, couper des tranches de viande épaisses et couper les légumes.
    • Couteaux tranchelard : lame pointue, étroite et rigide (de 15 cm à 30 cm) : permet de découper de la viande, des volailles, de fines tranches de filet, etc.
    • Couteaux filet de sole : lame pointue, étroite et souple (de 15 cm à 30 cm) : permet de travailler les poissons pour lever les filets et découper de très fines lamelles.

    LE COUTEAU DE THIERS et la CONFRERIE DU COUTEAU DE THIERS

    La Confrérie a pour mission majeure la défense et la promotion de la coutellerie de qualité du bassin thiernois, notamment à travers le modèle de couteau "Le Thiers" qu'elle a crée en 1994 et dont, elle est propriétaire du nom, de la marque et du logo.

    Depuis sa création en 1993, la Confrérie du couteau de Thiers suit un parcours ascendant. Forte de 190 membres, professionnels et amateurs de couteaux, la Confrérie, outre la tenue de réunions régulières, s'investie dans des manifestations où elle peut montrer son savoir faire et transmettre la tradition coutelière du bassin thiernois.
    Par ses ateliers de montage de couteaux, ses démonstrations spectaculaires de forge, elle attire de nombreux visiteurs et participe ainsi d'une meilleure re-connaissance de la coutellerie thiernoise dont elle est désormais un des fleurons et un gage de qualité.

    La Confrérie a crée en 1994, un modèle de couteau "Le Thiers", devenu un atout majeur du rayonnement de l'association et de la ville.

    La fabrication des couteaux et autres déclinaisons du "Thiers" est soumise aux régles d'une Jurande, véritable Charte de Fabrication, inspirée sur celle de 1582, qui réglementa la coutellerie thiernoise durant près de trois siècles.

    En adhérent à cette Jurande, le coutelier s'engage à respecter 3 idées maîtresses:
    - un concept de territorialité: Fournitures, techniques...doivent être issues du bassin thiernois.
    - un concept de qualité: Les prototypes doivent faire l'objet d'acceptation par une commission.
    - un concept de moralité: Aucun artifice commercial, ni légende abusive ne doivent graviter autour du couteau. C'est pourquoi, vous ne verrez jamais sur un "Thiers" des qualificatifs tels que "véritable", "auhentique","supérieur"...car "Le Thiers" est tout cela à la fois dans son âme et dans sa nature profonde.


    Quelques fabricants du couteau LE THIERS :

    - Coutellerie Chambriard
    - Fontenlle-Pataud
    - Florinox
    - Claude Dozorme
    - Arto
    - Issard
    - Chazeau Honoré
    - Gilles Regnaud et ses manches en pierre de Volvic
    - Blettery - Le Thiers par BJB
    - le Thiers par Cognet

    D'AUTRES COUTEAUX

    Certaines entreprises ont leur fabrication propre :

    - Fontenille-Pataud et ses laguioles haut de gamme
    - Perceval et son français
    - Claude Dozorme et son laguiole squelette
    - Vialis et son Château-Laguiole, son Sauveterre et son Gwalarm
    - Coursolle et leurs couteaux avec personnages
    - Planche Issard, ses couteaux de chasse et son couteau Bouledogue
    - le Douk-Douk


    - Calibre 12
    - Manu Laplace et son 1515

    COUTELIERS D'ART

    Thiers attire aussi beaucoup de couteliers d'art.
    Ils souhaitent travailler au plus près de la Durolle et des bruits de forge.

    Les plus célébres :

    - Henri Viallon (Meilleur Ouvrier de France)
    - Robert Beillonnet, dit le Gros (Meilleur Ouvrier de France)
    - Jean-Pierre Sucheras (Meilleur Ouvrier de France)
    - Raphaël Durand
    - Thierry Desnoix vient de temps en temps forger à Thiers

    et bien d'autres


    7°- Tourisme et loisirs du Puy-de-Dôme

    • Les châteaux comme La Roche-Aigueperse , Busséol, la Batisse, Chazeron, Cordès, Murol et Tournoël ;
    • L'art Roman avec les églises majeures comme Issoire, Mozac, Notre-Dame-du-Port, Orcival, Saint-Nectaire et Saint-Saturnin ;
    • Le thermalisme que l'on peut pratiquer notamment à La Bourboule, Châtel-Guyon ou Royat.
    • Le parc naturel régional des volcans d'Auvergne et Vulcania qui a attiré 420 000 visiteurs en 2004 et 355 000 en 2005.
    • Les sports d'hiver avec trois stations principales : Le Mont-Dore, Super-Besse, Chastreix-Sancy et d'autres de taille moins importante


    Randonnée équestre dans le Puy-de-Dôme.

    Le département du Puy-de-Dôme se caractérise tout d'abord par ses volcans, parmi lesquels le puy de Dôme dont le sommet culmine à plus de 1460 mètres d'altitude, parfait pour les randonnées en pleine nature. D'ailleurs, le parc naturel régional des volcans est le plus importants des 40 parcs français. Aussi, depuis 2002, Vulcania, parc européen du volcanisme, permet de mieux comprendre l'histoire et le fonctionnement des volcans de manière ludique. Ce relief volcanique offre aussi de nombreux lacs pour la pêche ou autres, tels que les lacs Pavin et Servière. Le lac d'Aydat quant à lui est plus le lieu de villégiature dominicale des Clermontois en raison de sa proximité avec la préfecture régionale. Mais c'est aussi un lieu de pratique de sports nautiques. Plus généralement, le département bénéficie d'une nature magnifique, notamment les gorges de la Sioule.

    Le département dispose d'un patrimoine très riche :

    Certaines villes plus importantes sont aussi à visiter : Riom, qui était à partir du XIIIe siècle la capitale administrative des terres royales d'Auvergne, ou Clermont-Ferrand et les ruelles de son centre historique.

    Résidences secondaires

    Selon le recensement général de la population du 8 mars 1999, 11,7 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

    Ce tableau indique les principales communes du Puy-de-Dôme dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10% des logements totaux.

    8°- Démographie

    Villes les plus peuplées du Puy-de-Dôme:

    9°- Culture

    Cinéma

    En 1968, de nombreuses scènes de L'enfant sauvage ont été tournées sur les communes d'Aubiat et du Cheix-sur-Morge.

    En 1976, François Truffaut tourne L'argent de Poche dans les rues de Thiers avec un grand nombre d'acteurs locaux.

    En 1990 Claude Berri tourne Uranus dans les villes de Maringues et d'Ambert (Puy-de-Dôme).

    En 2002, le film/documentaire Etre et Savoir suit la classe unique de l'école communale de Saint-Etienne-sur-Usson

     

    10°- Sport - ASM

    Fichier:ASMontferrand.jpg
    Fichier:ASM Champion de France de rugby 2010.jpg

     

     

    L'Association sportive monferrandaise est un club omnisports basé à Clermont-Ferrand. Il est principalement connu pour sa section rugby évoluant en première division du Championat de France (Top 14), mais également autrefois pour sa section basket, qui fit partie de l'élite du basket français d'après guerre. L'équipe décroche le Brennus le 29 Mai 2010 en finale contre Perpignan( USAP ) 19-6. Le lendemain, les joueurs sont venue voir leur public à Jaude pour ensuite finir au Richelieu avec leur famille...

    Lorsque, en 1911, l'ASM est créée par MArcel Michelin, ces trois lettres signifient Association Sportive Michelin, du nom de la célèbre manufacture. Le club avait pour vocation d'occuper et de distraire les ouvriers de l'entreprise d'Edouard Michelin durant leur temps libre. Les licenciés du club portent d'ailleurs les couleurs de l'équipementier automobile, le bleu et le jaune.

    Mais l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques interdit l'appellation liant le club à une firme industrielle. Ainsi, en 1922, le club se voit contraint de changer de nom. Désireux de garder les initiales ASM, le nouveau nom sera désormais Association Sportive Montferrand, du nom de l'une des deux villes fondatrices de la capital de l'Auvergne, où se trouvent d'ailleurs l'essentiel des installations du club.

     



    Cette article a été écrit grâce à Wikipedia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Puy-de-D%C3%B4me
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_sportive_montferrandaise
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Thiers_%28Puy-de-D%C3%B4me%29
    Historique des articles
    http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Puy-de-D%C3%B4me&action=history
    http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Association_sportive_montferrandaise&action=history
    http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Thiers_%28Puy-de-D%C3%B4me%29&action=history





    Retour

    K SABATIER
    un fabricant français de couteaux haut de gamme depuis 1810.

    - chez nous, le mot FORGÉ est la garantie d'avoir un couteau 100% forgé (lame/mitre/soie)

    - chez nous, Made in France veut dire 100% fabriqué en France (de A à Z) - finition artisanale

    - chez nous, il n'y a aucune importation asiatique de couteaux. Tout est français

    - pour nous, K SABATIER, c'est une histoire de famille depuis 8 générations et plus de 200 ans de passion coutelière.

    A vous de faire la différence .....