L'Allier est un département français situé dans la région d'Auvergne), dont la préfecture est Moulins. Son numéro est le 03.

1°-Dénomination

Le nom du département provient de celui d'une des rivières qui le parcourent, l'Allier.

2°-Histoire


Blason Blasonnement
D’azur semé de fleurs de lys d’or à la bande de gueules.
Commentaires : Le blason de l'Allier, qui est aussi celui de l'ancienneprovince du Bourbonnais, est aux armes de la troisième maison de Bourbon issue de Robert de Clermont, sixième fils de Saint Louis, qui épousa Béatrix de Bourbon et fut reconnu sire de Bourbon en 1283.

L'histoire du département de l'Allier correspond à celle du duché de Bourbon (Bourbonnais) dont il partage la presque totalité du territoire.

Ce département a été l'un des 83 départements créés à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1798, à partir de la majeure partie de l'ancienne province du Bourbonnais.

En 1940, le gouvernement du maréchal Pétain s'installa dans la ville de Vichy, qui obtint alors le statut de sous-préfecture.

3°-Géographie


Château de Billy

Le département de l'Allier est formé de la presque totalité de l'ancien Bourbonnais. Il fait partie de la Région Auvergne et est limitrophe des départements du Cher, de la Nièvre, de Saône-et-Loire, de la Loire, du Puy-de-Dôme et de la Creuse.

Villes principales : Moulins (préfecture), Montluçon, Vichy, Gannat, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Yzeure, Bourbon-l'Archambault, Néris-les-Bains, Commentry, Cusset, Saint-Yorre, Lapalisse.

Il comprend aussi trois villes thermales : Bourbon-l'Archambault, Néris-les-Bains, Vichy. Néris-les-Bains est la seule ville du département à compter plus de 10% de résidences secondaires : 504 pour 1800 résidences en 1999.

Relief

Le bocage bourbonnais couvre la plus grande partie ouest (englobant la Forêt de Tronçais) et centrale du département, suivi de la Sologne bourbonnaise pour la partie est nord-est, la Montagne bourbonnaise (proche de Vichy) qui est le toit du bourbonnais avec le Montoncel (qui culmine à 1 287 mètres), enfin le sud de la province, la Limagne bourbonnaise qui s’étend de Varennes à Gannat en est le grenier.

Le bocage bourbonnais
Au nord, et ne dépassant guère les 500 mètres d'altitude, le bocage bourbonnais occupe un bon tiers du département, avec deux déclinaisons, centre et ouest (pour la partie comprise entre le Val de Cher et les limites occidentales du territoire). Le Bocage est notamment remarquable pour sa richesse en forêts et bois, dont la célèbre Forêt de Tronçais) mais aussi les forêts de Moladier, Bagnolet, Civrais, Soulongis, Grosbois, Dreuille, Lespinasse ou la Suave. Sur presque tout le sud du bocage s’étend la Combraille, parfois baptisée Haut Bourbonnais, sur un territoiree qui va au-delà des limites départementales de la Creuse et du Puy-de-Dôme. Cette zone du département culmine à 778 mètres à la Bosse, et les rivières (Sioule, Bouble et Cher) y ont creusé les gorges les plus pittoresques de l’Allier.
La sologne bourbonnaise
A l'est, reliant le Val d’Allier et les frontières avec la Nièvre et la Saône-et-Loire, la Sologne Bourbonnaise présente un bel équilibre entre prairies, cultures, bois et étangs, ce compromis entre agriculture et espaces semi-sauvages constituant un écrin très favorable à la faune et à la flore.
La montagne bourbonnaise
Dans son prolongement au sud, la Montagne Bourbonnaise prend naissance dès le Puy Saint-Ambroise (442 mètres), près de Saint-Léon, pour ensuite s’affirmer sur tout le massif de l’Assise et des Bois Noirs, à la limite du Puy-de-Dôme et de la Loire, jalonnée par le Puy de Montoncel (1.287 mètres), point culminant de l’Allier.
La limagne bourbonnaise
Communément rassemblées sous la dénomination de Val d’Allier, la Limagne et la Forterre s’étendent de part et d’autre de la rivière, entre Vichy et Saint-Pourçain, avec une qualité essentielle, la fertilité. La première citée, entre Sioule et Allier, s'inscrit dans le triangle Gannat/Escurolles/Saint-Pourçain, tandis que la Forterre couvre le canton de Varennes-sur-Allier, avec une pointe jusqu’à Jaligny.

Hydrographie

Cours d'eau: à l'ouest le Cher, en son centre l'Allier et son affluent la Sioule, à l'est la Loire et son affluent la Besbre.

Climat

Article détaillé : Climat de l'Allier.

Pays frontière au milieu des terres, l’Allier constitue réellement une zone franche entre nord et midi. Largement ouvert aux influences atlantiques le département bénéficie d’un climat doux et humide, dominé par les vents d’ouest, ce qui contribue un peu plus à le démarquer de ses cousins auvergnats. L’humeur du temps s’identifie à la diversité des territoires Bourbonnais, comme les régions plates, et de faible altitude de la Sologne Bourbonnaise et des grandes plaines fluviales ; les pays de collines, à l’altitude moyenne de 300 à 600 mètres, de la partie centrale du département ; ou la semi-montagne des cantons du sud, avoisinant la Combraille et le Forez, entre 700 et 1.200 mètres. On relève deux maxima de précipitations en juin et octobre, et un minimum en janvier-février, avec des moyennes de 694 millimètres à Montluçon (altitude 207 mètres) ; 763 mm à Moulins (245 m.) ; 778 mm à Vichy (251 m.) ; 791 mm à Lapalisse (285 m.) ; et près de 1.200 mm à l’Assise (1.050 m.). Comme on l’a remarqué les vents atlantiques sont dominants, qu’ils soient d’ouest, nord-ouest, ou sud-ouest. L’influence du relief, notamment dans les vals de Cher et d’Allier, donne également des flux sud-nord. On notera enfin que l’insolation moyenne, relevée à la station météo de Vichy-Charmeil, sur la période 1971/2000, est de 1.880 heures par an.

Démographie

Carte de l'Allier

Au 1er janvier 1997, la population de l'Allier était estimée à 357 100 habitants ce qui représente une densité moyenne de 50 hab./km². De nombreuses régions ont une densité inférieure à 20 hab./km².
L'Allier est confronté depuis le début des années 1980 à de nombreux handicaps démographiques. Le taux des personnes âgées est important et le taux de fécondité faible de telle sorte que le solde naturel est déficitaire. Parallèlement le solde migratoire est devenu très négatif.

Au 1er janvier 2009, la population légale est de 343 309 habitants. Le taux de fécondité est légèrement inférieur à celui de la moyenne nationale en 2007, il suffirait pourtant au renouvellement de la population d'Allier mais la pénurie d'emplois incite à l'exode rural des jeunes vers les bassins d'emplois plus propices, confirmant un solde migratoire négatif.

L'Allier compte trois villes importantes, Montluçon, Vichy et Moulins par ordre de taille. Le reste du département comprend quelques petites villes et bourgs dispersés, principalement le long des rivières. Les villages peu nombreux sont éloignés les uns des autres, et c'est dans l'ensemble un département faiblement peuplé. Jusque vers la fin du XIXe siècle pourtant, la population augmenta grâce au développement de ses villes (industries à Montluçon et à Moulins, thermalisme à Vichy) qui compensa l'exode rural. Le département dépassa alors les 420 000 habitants. Après les pertes de la Première Guerre Mondiale, la population se stabilisa, puis réaugmenta un peu dans les années 1960. Depuis, en raison de la poursuite de l'exode rural et surtout du déclin des industries anciennes, la population a diminué et vieilli régulièrement, passant de 386 533 habitants en 1968 à 343 309 en 2006.

 

4°-Économie


Les industries les plus représentées sont les industries agro-alimentaires, les industries du bois et de l'ameublement, la chimie, la fonderie et le travail des métaux, le caoutchouc, la construction mécanique et le matériel électrique, l'automobile, l'armement, le textile, le bâtiment sans oublier le thermalisme.

D'après les études de l'INSEE, l'agriculture représenterait de l'ordre de 7 à 8 du produit intérieur brut départemental.

Tourisme

Communes ayant plus de 10 % de résidences secondaires en 2006

En 2006 le département comptait 7,7 % de résidences secondaires. Ce tableau indique les principales communes de l’Allier dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

Le département a attiré de nombreux étrangers, anglais, belges, suisses et néerlandais. Ceux-ci ont acquis de nombreuses résidences secondaires en les rénovant, apportant ainsi à l’Allier une diversité culturelle sans égal.

On retrouve ainsi de nombreuses communes devenues « européennes », comme Pouzy-Mésangy qui accueille aujourd’hui des résidents anglais et suisses.

5°-Culture


Langues régionales


Le département de l'Allier est traversé par la frontière entre langue d'oc et langue d'oil. Longtemps la population de l'Allier n'a pas parlé le français standard, mais une des langues locales suivantes :

  • bourbonnais, dialecte d'oil, au Nord d'une ligne Montluçon / Saint-Pourçain-sur-Sioule / Lapalisse
  • auvergnat (dialecte occitan), à l'extrême-sud.
  • la zone entre les deux, parfois appelée bourbonnais d'oc, appartient au Croissant, zone d'interférence entre français et occitan considérée par la plupart des linguistes comme de l'occitan avec une phonétique francisée. Certains considèrent les parlers du croissant comme un dialecte occitan à part entière et utilisent le terme de marchois.




Cette article a été écrit grâce à Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Allier_%28d%C3%A9partement%29
historique de l'article
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Allier_%28d%C3%A9partement%29&action=history